EURONANTES GARE

Programme
130 logements , locaux d’activités et bureaux
Situation
ZAC Euronantes gare
Urbaniste
Atelier Ruelle
Maître d'ouvrage
ADI SOGEPROM
Surface
8031 m2 de logements, 1193m2 de locaux d’activités, 3583m2 de bureaux
Coût prévisionnel
17 140 000,00€HT VRD compris
Concours
2014
Etude
en cours
Paysagiste
Atelier Horizons
Ingénieurs
SERBA, BETOM, ISOCRATE

L’agence Garo-Boixel est l’auteur du projet de logements et de locaux d’activités, l’agence Art and Build, celui des bureaux.
L’îlot 1E est un îlot allongé de 116m, dans ce nouveau secteur de la ville encore en devenir où il est demandé d’articuler des gabarits contrastés allant du simple entresol sur rez-de-chaussée à des hauteurs culminant à 55m.
Notre projet est constitué de 3 volumes aériens principaux «décollés» du sol pour libérer au rez-de-chaussée - entresol , une continuité de halles, cheminements , espaces entre les volumes d’activités. Volontairement épurés, en contre-balancement du voisinage immédiat, ils reposent au sol et non sur un socle. Il y a une planimétrie du mur du ciel jusqu’au sol. Différenciés les uns des autres, l’un est «proportionné», le second élancé et le dernier «cubique». L’immeuble vertical n’est pas une tour dans le sens où il n’est pas multi-directionnel, sur une base plus ou moins carrée , mais il est radicalement rectangulaire et effilé, les façades nord et sud sont contrastées.
Chaque volume est aussi caractérisé par son rapport aux voies et aux vides urbains . Le volume vertical prend place dans le vide entre les îlots d’en face le rattachant ainsi au mail Picasso.
De ces 3 volumes, seuls les points porteurs et noyaux de circulations des impriment le sol. Aux pilotis qui décollent le volume, nous préférons les piliers de la halle. Si dans les deux cas il y a un dessous, la figure de la halle inverse la hiérarchie et donne toute sa suprématie au rez-de-chaussée, véritable prolongement de l’espace urbain. A l’instar des voûtes ou des charpentes , le plafond, la sous face, est «magnifiée» : dans notre cas un plafond bois façon origami, éclairé par les projecteurs encastrés dans le sol, caractérise les dessous des halles des 3 immeubles.
Les activités prennent place dans d’autres constructions indépendantes qui vont créer de nouveaux interstices. Ainsi le volume du piéton est caractérisé par un espace architecturé continu qui se développe sur l’ensemble de l’îlot allongé.
Cette déambulation dans les interstices des constructions légères et sous des volumes massifs principaux, crée une expérience urbaine inédite. Cette spatialité nait de la proportion allongée singulière de notre îlot et des multiples porosités suggérées par le projet urbain.
A la volumétrie épurée répond un projet graphique précis, affirmé des parois : progression du sol au ciel, affirmation de la verticalité car elle est ponctuelle dans la zac, dentelle de vide et plein de l’immeuble tertiaire comme une vibration. Ce dessin des façade est en écho aux immeubles alentours, tantôt affirmant l’horizontalité, tantôt la verticalité , le damier, etc ...